Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2008

Le succès du livre, ce que j'ai voulu exprimer

Etes-vous surpris par le succès de votre livre?" (Axel)
Sincèrement, oui ! J'ai eu du mal à le faire publier, et je pensais que ce livre ne verrait jamais le jour. Or il a déjà reçu deux prix, il est sélectionné pour plusieurs prix cette année...

Ce qui se passe, c'est que je trouve un peu dommage
qu'il soit sélectionné pour le « prix des Incorruptibles » pour des classes de 3e et 2e.
Vous me l'avez dit dans vos mails : ce livre est « difficile à comprendre », « difficile à lire car il y a beaucoup de retours en arrières. » Même s'il y a un prof qui vous aide un peu à le « décrypter ».

Et derrière la question de Damien "avez-vous réussi à  exprimer ce que vous vouliez dire dans votre livre" ? J'ai l'impression qu'il y a une autre question sur la complexité du livre, et la difficulté de comprendre "ce que j'ai voulu dire".

Pour ma part, oui, je crois avoir réussi à exprimer tout ce que je voulais dire. Je ne donne pas à publier des livres qui ne correspondent pas exactement à ce que je veux... C'est la raison pour laquelle il y a beaucoup de manuscrits au fond de mes tiroirs... Et dans mes poubelles ;-) 

Quant à la compréhension du texte,  « Les murs bleus », je le répète, est assez difficile à lire : il est bâti d'une manière complexe parce que c'est une histoire complexe. La structure du récit suit la structure mentale d'Antoine : c'est-à-dire la structure mentale de quelqu'un qui est perdu, qui ne sait jamais où il est.

Ce roman demande une bonne maîtrise de l'outil « lecture » et je comprends que certains élèves de 3e éprouvent des difficultés à suivre.
Mais il faut bien dire que je l'ai plutôt écrit pour de jeunes adultes, qui sont plus à l'aise dans la lecture et la littérature « générale ».
En Allemagne, par exemple, ce sont des lycéens de 17 à 19 ans qui le lisent.