06/08/2010

Rêve de légèreté

Voilà bien le mois d'août : on dirait que tout le monde est parti.
Les échanges se font plus rares, les villes se vident de leurs habitants et se remplissent de touristes (les villages aussi), les maisons d'éditions tournent au ralenti et ne répondent plus, les blogs sur internet se font silencieux, la parole rare... la vie parfois semble s'appesantir...

Pour ne pas céder à l'inertie, je vous offre une photo. Un rêve de légèreté !

granit.jpg
Ce bateau a été sculpté dans du granit par J.Y Menez.
Le blog de granit pesait au départ 35 tonnes. Au final, le bateau pèse 3,5 tonnes. Il mesure 4,02 m de long, pour 1,70 m de haut. Il peut embarquer 7 personnes.
Je l'ai pris en photo cet été à Dinan, en Bretagne.
(Petit clin d'oeil spécial à Eric Mas, tailleur de pierre sur terre.)

Vous allez me dire : où est la légèreté dans la pierre ?
Elle est dans la poésie qui se dégage de cette sculpture,
mais elle est aussi là :

dinansurleau.jpg
Eh oui ! Ce bateau en granit va sur l'eau.

Ne vous frottez pas les yeux...
Vous avez bien vu. Vous avez bien lu !

La photo vient d'ici

Et sur cet incroyable bateau de pierre a embarqué un grand barde et harpiste celtique : Myrdhin.
Allez donc découvrir ces deux univers qui ouvrent des mondes de possibles et de légereté.
La pierre et la vibration de l'air sur des cordes de la harpe... en harmonie au-dessus de l'onde.
Je n'étais pas là lors de cette mise à l'eau. Mais cela fait rêver, non ?

Le site du sculpteur de Jean-Yves Menez, sculpteur de vaisseau en granit... (entre autres !).

Le site de Myrdhin, et sa page myspace

Bon voyage !

17/04/2008

fin de tournée en Auvergne

Bien sûr, je n’ai pas tout raconté, sur cette tournée. Je garde pour moi certains très bons moments, et quelques moins bons.

Dans les bons, par exemple : je n’ai pas parlé de la tarte au Saint-Nectaire à Riom et du tagine végétarien préparé avec amour (je me suis régalée !), des gâteaux faits maison à Thiers, des croissants à Montferrand, ni de cette documentaliste qui s'est levée à six heures du matin pour m’accompagner à la gare.

Je n'ai pas raconté que cette même documentaliste a noté, scrupuleusement, tous les titres de livre jeunesse que je citais, afin de se les procurer dans son CDI, et qu'elle était prête à sacrifier un repas important avec sa famille pour ne pas me laisser seule un soir. Je me souviendrai longtemps de sa générosité.

Je n’ai pas non plus parlé de tous ces sourires et de ces regards, des silences lors de certaines rencontres qui étaient denses et attentifs, de toutes ces questions pertinentes qui m’apprennent, toujours et encore, tant de choses sur mon travail d’écrivain en général, et sur "Les Murs bleus" en particulier.

1682104755.jpg

Après ces quatre jours bien remplis, je suis restée encore un peu en Auvergne, cette fois chez des amis.
L’un d’eux est tailleur de pierre. Et c’est avec une de ses sculptures que je referme ce voyage en Auvergne…
Merci encore à toutes et tous d’avoir œuvré à sa réussite.