07/03/2008

Le fleuve San francisco et le fleuve Amazone…

Je vous parlais dans le post précédent de la séquence pédagogique préparée pour la NRP.
Il y a cependant, dans ce dossier, une petite erreur que j’aimerais corriger ici.

Il est dit, à un moment que« Antoine s’enfonce dans la forêt amazonienne".  Il s'agit d'une erreur d'interprétation.

Regardez sur cette carte : 

695061835.jpg
Vous pouvez voir où se trouve l’Amazonie et le fleuve Amazone (en haut à gauche).

L’autre flèche, au milieu vers à droite,  indique un autre fleuve : le San Francisco.
C’est sur les bords du San Francisco qu’Antoine va «finir sa course ». 
http://www.ytak.fr/archive/2007/10/14/le-bac.html

J’ai aussi parlé du Sertaõ dans ce post-là.
Et vous pouvez consulter, dans la catégorie « les murs bleus en image » des photos du Sertaõ. Il n’y a pas de forêts dans cette région semi–désertique !

14/02/2008

Encore des ânes !

Vous êtes nombreux et nombreuses à me poser des questions sur les ânes.
Pourquoi l'âne est omniprésent dans cette histoire ? Pourquoi avoir choisi l'âne et pas un autre animal ? Est-ce un hasard ? Y a-t-il une raison personnelle ?
J'ai déjà beaucoup parlé des ânes !
Je suis vraiment fascinée par ces animaux. Des animaux qui s'éduquent et qui ne se dressent pas. Des animaux qui sont capables de « mentir » ou de simuler une maladie pour qu'on les laisse tranquille. Ils ont une mémoire incroyable. Ils sont à la fois prudents, lents, tenaces. Ils regardent devant eux.
Et pourtant, ces animaux si sages ont longtemps été un symbole de bêtise ! J'ai envie de les défendre. Comme j'ai envie de défendre tous ceux et celles qui sont victimes d'injustice ou d'incompréhension.


 Je me sens proche des ânes sur bien des aspects
: je n'aime pas trop regarder en arrière, je suis plutôt lente et assez têtue, moi aussi... et je ne trouve pas que ce soit un défaut ;-))

Alors, non, dans les murs bleus, ça n'aurait pas pu être un autre animal. Et au Brésil, il y avait beaucoup d'ânes.

dfa63b2bbbcb30941841a24444110e8e.jpg
(photo E.B.C) 

29/01/2008

La cécité de Loirinho

On m'interroge parfois, comme Maïlys, sur la maladie de Loirinho.  "Est-ce pour montrer la pauvreté et l'hygiène de vie, au Brésil ?" me demande-t-elle ?

Il faut bien insister là-dessus : le Brésil (j'ai ai parlé dans ce post) est un pays immense. Avec des régions très riches, d'autres très pauvres. Des régions bien développées, et d'autres sous-développées. Donc, on ne peut  jamais parler "DU" Brésil. On devrait plutôt parler "DES" Brésil, ou alors bien préciser la région dont on parle.

Donc, dans la région semi désertique dans laquelle je vivais, effectivement, les problèmes de santés liés à l'hygiène étaient très importants. L'affection qui touche les yeux (souvent ceux des enfants) était courante. Et c'était un vrai problème, parce que cette région était trop pauvre pour en venir à bout.

Mais dans le roman "les murs bleus", il y a une relation entre l'enfant qui perd la vue, et Antoine qui est peu "aveugle" à sa manière.
Et lorsque l'enfant retrouve la vue, suite à son opération, on peut aussi dire qu'Antoine retrouve la vue, parce qu'il sait, enfin, ce qu'il va faire de sa vie...

28/01/2008

Pourquoi le prénom de Loirinho ?

Pourquoi le prénom de Loirinho ? Me demande Coralie.

Loirinho, en brésilien, signifie « petit blond »
.
J
'avais oublié ce détail en choisissant ce prénom ! C'est une lycéenne, en Allemagne, qui me l'a rappelé ;-)
Il y avait, dans la région où je vivais, au Brésil, beaucoup de descendants d'Italiens, blonds aux yeux bleus... Mais ça ne fait rien : Le Loirinho des Murs bleus a bien les yeux sombres et la peau noire. Il pourrait ressemble à cet enfant-là: http://www.ytak.fr/archive/2007/10/14/les-yeux-de-loirinh...

1b8155a7df00675107f35b409cd08fce.jpg

 

29/10/2007

corvée d'eau

Vous trouverez dans cette rubrique "les murs bleus en images", des extraits des "Murs bleus" concernant le Brésil, et des photos qui s'y rapportent.
91b18e8c15f24130520b9afb3f575a56.jpg


"— Ils font quoi, ces gamins ?
— Ils ont été chercher de l'eau."

Les murs bleus, page 113. 

28/10/2007

Les camions

Vous trouverez dans cette rubrique "les murs bleus en images", des extraits des "Murs bleus" concernant le Brésil, et des photos qui s'y rapportent.

575a73326bc3a41ffe6264a99e44840f.jpg
"La vie, là-bas, dans ce coin-là... Je ne sais pas comment te dire. Si tu n'y prêtes pas attention, tu peux mourir. Enfin, je veux dire que vivre, c'est une lutte de chaque instant. Il faut le vouloir, parce qu'on manque de tout, d'eau, de nourriture, de soins. J'ai bossé avec le frère de Jerusa, à décharger des camions..."

Les murs bleus, page 83.
 
 

27/10/2007

Les cochons

 Vous trouverez dans cette rubrique "les murs bleus en images", des extraits des "Murs bleus" concernant le Brésil, et des photos qui s'y rapportent.

ec13c70c350b4ded6047700b86e98726.jpg

 

[...] La lumière crue qui rebondissait sur le sable et l'obligeait à cligner des yeux en permanence; le bruit, les cris, l'odeur forte des rues; les braiment des ânes et les aboiements des chiens en rut qui le tenaient éveillé des nuits entières..."

Les murs bleus, page 35. 

Commentaire :il y avait aussi beaucoup de cochons...

26/10/2007

Poussières

Vous trouverez dans cette rubrique "les murs bleus en images", des extraits des "Murs bleus" concernant le Brésil, et des photos qui s'y rapportent.

0a8413071c1e0bc055a11a2793fae78d.jpg

"C'est la musique du pays de Loirinho : le rythme syncopé du pilon de Jerusa qui s'écrase dans le mortier, ou le galot des chevaux traversant le village dans un nuage de sable et de poussière..."

Les murs bleus, page 109.

Commentaire: près du marché, après le passage d'un troupeau de vaches, de chevaux au galop, ou d'un camion...